Observatoire national des métiers de la fonction ressources humaines : focus sur les relations sociales dans l’entreprise

L’Observatoire national des métiers de la fonction ressources humaines, initié par le réseau Référence RH dès 2008, a approfondi l’an dernier les missions relatives aux relations sociales au sein de l’entreprise. Constat : le thème concerne plusieurs fonctions RH et devient omniprésent dans l’entreprise.

Frédéric Durieux, chef de projet Formation chez Leroy Merlin a suivi le master MRH à l’Université de sciences et de technologie de Lille 1. Avec deux autres professionnels, Caroline Caplane et Fabien Zamoro, il a travaillé sur les relations sociales en entreprise, de façon à alimenter l’Observatoire national des métiers de la fonction ressources humaines, lancé par le réseau Référence RH en 2008 et établi en étroite collaboration avec l’APEC.

Les informations récoltées pendant huit mois ont permis d’adapter les programmes en fonction des nouvelles évolutions des missions relatives aux relations sociales – le but étant de renforcer leur apprentissage au sein des formations RH. Une cinquantaine de professionnels, issus d’entreprises de type d’actionnariat et de secteurs d’activité très variés, ont répondu au questionnaire préparé par le réseau. Les entreprises interrogées étaient soumises à un accord ou une convention de branche dans 75% des cas, un accord d’entreprise ou d’établissement à 73%, et un accord professionnel pour 40% d’entre elles. Elles étaient 40% à n’avoir pas signé d’accord GPEC et 55% à ne pas posséder de plan handicap. Le stress, le travail le dimanche, l’aménagement du temps de travail, la parité homme-femme et l’intéressement avaient fait l’objet de différents accords pour 10% des entreprises interrogées.

Le groupe de travail de l’Université de Lille s’est appuyé sur les réponses pour étudier les différentes missions relatives aux relations sociales en entreprise et pour réaliser un état des lieux de leur évolution. Le groupe de travail a mis en lumière que les relations sociales étaient devenues un élément incontournable de la fonction RH. Elles couvrent plusieurs métiers et peuvent être assurées autant par un responsable ou directeur des relations sociales que par un DRH au sein des plus petites structures. Le profil du responsable des relations sociales est détaillé : il a fait des études supérieures, souvent juridiques (35% des répondants), a entre 35 et 45 ans, et perçoit un salaire compris entre 35 et 60 000 euros.

Tendances

Elles font partie aujourd’hui de la réalité quotidienne des professionnels RH. Ils mesurent le climat social à l’aide de différents outils comme le baromètre social, les enquêtes d’opinion ou les tableaux de bord (nombre de journées de grève, taux d’absentéisme).

« La loi sur la représentativité des syndicats du 20 août 2008 va avoir des répercussions sur l’organisation des relations avec les élus, explique Frédéric Durieux. Car de nouveaux interlocuteurs apparaissent sur le devant de la scène tandis que d’autres peuvent être éclipsés. En effet, il faut aujourd’hui 10% des suffrages exprimés au premier tour pour être élu. Auparavant, il y avait six syndicats irréfragables. » Il est encore trop tôt pour mesurer les réels impacts en matière de négociations mais les DRH se posent beaucoup de questions s’ils devaient perdre leurs « représentants maison ».

Autre tendance lourde : la législation du droit du travail se complexifie de plus en plus. Il devient primordial d’avoir en entreprise des experts en négociation.

Frédéric Durieux le confirme : « Notre travail apporte une vision complète et montre que les relations sociales deviennent de plus en plus complexes et se professionnalisent. Même si le taux de syndicalisation est faible en France, ponctuellement, sur des sujets tendus, les relations peuvent s’intensifier et prendre de l’ampleur. Il faut que les DRH s’y préparent. »


Texte : Maânei Média

Source Réseau Référence RH

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]