La crise sanitaire a-t-elle donné un coup d’arrêt à l’emploi ?

 HelloWork spécialiste de l’emploi, a analysé le volume et les évolutions des diffusions d’offres d’emploi sur l’ensemble de ses plateformes RegionsJob et ParisJob au premier trimestre 2020. Objectif : proposer une première lecture de l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi semaine par semaine, avec un focus sectoriel.

Avec une progression des mises en ligne d’offres d’emploi de +34% en janvier et +45% en février, le premier trimestre s’annonçait tonitruant. L’émergence de la crise sanitaire et le début du confinement ont marqué un coup d’arrêt très net de la dynamiqueavec une baisse de 14 % des mises en ligne d’offres d’emploi sur les 2 dernières semaines de mars 2020 en comparaison de la même période en 2019. Voici l’état des lieux complet :

 

Evolution en % par semaine des diffusions d’offres d’emploi au T1 2020 vs T1 2019

Au premier trimestre, plus de 263 000 offres ont été diffusées par les recruteurs et intermédiaires du recrutement sur les plateformes de HelloWork en croissance de 36 % en comparaison de T1 2019.

« L’activité économique est au ralenti depuis le début du confinement, c’est aussi évidemment le cas des recrutements. Cependant après une première phase de sidération et d’organisation au cours des deux premières semaines de confinement (S12 et S13), nous constatons le retour de certaines entreprises notamment les secteurs prioritaires avec des besoins urgents et nombreux partout en France. A contrario d’autres secteurs d’activité sont à l’arrêt ou en fort ralentissement. Cependant leurs projets de recrutement ne sont, pour le moment dans leur grande majorité, que repoussés et peu sont annulés » déclare David Beaurepaire, directeur délégué de HelloWork.

Focus sur les secteurs impactés

Si le volume global des diffusions d’offres d’emploi a baissé depuis la deuxième quinzaine du mois de mars, la tendance n’est pas la même pour tous les secteurs d’activités.

Sans surprise, c’est dans le secteur de la santé que l’augmentation des offres d’emploi est la plus significative dans un contexte de crise sanitaire. Ce secteur a vu ses offres d’emploi bondir de 78% sur les deux dernières semaines de mars par rapport à la même période en 2019. Le secteur de l’énergie et environnement enregistre une hausse de 54% du 16 au 29 mars, versus la même période l’année précédente.L’industrie high-tech et télécoms relève aussi une forte évolution de ses offres d’emploi de +30%, certainement expliquée par les besoins en termes de déploiement des réseaux informatiques nécessaires au travail à distance. De même que le secteurinformatique et des ESN qui a diffusé 16% d’offres en plus depuis le début du confinement, pour accompagner la généralisation brutale du télétravail et les questions de cybersécurité.

L’annonce des mesures de confinement par le gouvernement ayant entraîné une interruption de l’activité, le volume des offres mises en ligne affiche une chute attendue dans les secteurs à l’arrêt. C’est le cas de la restauration qui enregistre une baisse de ses offres d’emploi de 61% pendant les deux dernières semaines de mars par rapport à la même période en 2019. Même constat dans l’industrie automobile/mécanique /navale (-52% du 16 au 29 mars 2020) et dans les media et la communication(-49%). Le domaine de l’enseignement et de la formation accuse une diminution de 38% des offres mises en lignes, proche de la décroissance du secteur du BTP -33%.

*Les précédents baromètres étaient établis sur un périmètre d’analyse différent : il prenait en compte le nombre d’offres d’emploi en ligne sur la période (donc ayant pu être mise en ligne sur la période précédente mais toujours à pourvoir sur la période de référence), nous nous sommes intéressés ici au nombre de mise en ligne afin de mieux mesurer l’impact de la crise sanitaire.

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]