#Management de transition : quelles perspectives à l’horizon 2030? #managerdufutur

Le cabinet de management de transition Arthur Hunt Transition a réalisé une enquête* auprès de managers de transition et entreprises clientes afin de dresser le portrait du manager de transition en 2030.

En 2030, le management de transition sera un nouveau standard de la relation contractuelle à l’entreprise. Avec des besoins en expertise de plus en plus urgents et nécessaires, il est amené à être une des meilleures façons de mettre en œuvre des projets complexes de transformation.

Les entreprises se doivent être plus réactives et agiles. Le marché du travail s’adapte et évolue fortement. Le CDI n’est plus la seule norme, avec de nombreuses alternatives : free-lance, intérim, portage salarial, management de transition…
Comment les entreprises et managers de transition voient-ils le management de transition de demain ?

L’enquête d’Arthur Hunt Transition est inédite car, par-delà les chiffres indiquant une tendance claire à un recours toujours plus important au management de transition, elle donne véritablement la parole aux entreprises et managers de transition.

Nous avons ainsi pu voir les tendances fortes et interrogations qui se dégagent pour la quinzaine d’années à venir au travers de leurs témoignages (ressenti, vécu, analyse…).
Découvrez notre sélection de témoignages en suivant ce lien (totalité des témoignages disponibles sur demande).

« Pour nous, le management de transition permet de s’affranchir des limites traditionnelles du monde du travail, d’accompagner l’innovation des entreprises. Et parce que nous accompagnons aussi nos clients et nos managers de transition dans la durée, nous avions envie depuis longtemps de faire une projection de ce marché et d’imaginer le manager de transition du futur ». Gwenola Dubois Dorkel et Anne Cudkowicz, associées Arthur Hunt Transition.

 

> Le management de transition deviendra la principale source d’emploi des cadres experts de plus de 45 ans
Plus de 52 % des personnes interrogées pensent que le management de transition sera la principale source d’emploi des cadres dirigeants de plus de 45 ans.
« Le management de transition est une solution concrète pour répondre aux besoins croissants de flexibilité des entreprises. Devant les transformations en cours, il devient compliqué de faire porter et conduire le changement exclusivement par des managers classiques. »

> Il est nécessaire d’assouplir la législation en vigueur pour donner sa pleine puissance au management de transition
Pour 65 % des personnes interrogées, la législation en vigueur actuellement permet le développement du management de transition. Pour les 35 % restants, il y a encore de nombreuses voies d’amélioration, notamment : adapter la fiscalité aux contraintes de la mobilité, simplifier la possibilité de facturation des prestations, assurer une meilleure protection du statut en fin de contrat, octroyer des incitations sociales et fiscales et reconnaître le statut de manager de transition, etc. Une solution alternative, entre le salariat et l’entreprenariat, doit être réfléchie.

> Le management de transition sera considéré comme une profession à part entière
Plus de 81 % considèrent que le management de transition sera considéré comme un nouveau standard de relation contractuelle à son entreprise.
« Besoins en expertises de plus en plus urgents et nécessaires, obligation de réactivité et contraintes budgétaires liés à la masse salariale entraîneront un plus grand recours au MT. La diversité des demandes et attentes aboutira forcément à une réglementation et une régulation du statut du prestataire. »

> Les secteurs innovants se tourneront davantage vers le management de transition
Les secteurs dits traditionnels sont jusqu’à présents les plus gros consommateurs de managers de transition. A l’avenir, les secteurs innovants (e-commerce, biotechs, digital…) y auront plus largement recours. C’est ce que pensent plus de 90 % des personnes interrogées.
« Ce devrait même être les secteurs les plus demandeurs : croissance forte, besoins liés à de nouveaux marchés, personnels très flexibles… Ces entreprises ont en outre souvent des actionnaires étrangers qui pratiquent déjà le management de transition. »

> Le management de transition à temps partagé est une solution d’avenir pour les PME
Plus de 84 % pensent qu’à l’avenir, les PME, pour qui le coût du MT peut être un frein, s’ouvriront davantage au management de transition à temps partagé.
Pour cela, certains leviers et partenariats doivent être activés, en particulier le développement d’un cadre réglementaire plus adapté et de structures facilitant l’accompagnement et la gestion du temps partagé, le développement d’associations locales professionnelles, la création de cellules pilotes et la diffusion de solutions efficaces via les régions, CCI, CGPME, grandes agglomérations…
« La réglementation et la régulation du MT doivent être le fruit d’un chantier de réflexion pour tous les acteurs de l’emploi en général, afin de répondre à la recherche de la performance et de la compétitivité des PME »

> Le manager de transition version 2030 sera plus féminin
En 2017, les femmes managers de transition ne représentent que 15 % de l’effectif global. Ce taux sera plus représentatif (90 % des personnes interrogées en sont convaincues), notamment grâce au développement du management de transition dans les fonctions RH, commerciales, marketing, communication.

> Les qualités requises pour être manager de transition seront, en 2030, les mêmes qu’aujourd’hui
Expertise, adaptabilité, réactivité, capacité à conduire le changement, orienté résultats, leadership, résistance au stress, flexibilité, écoute…
Découvrez-en d’autres au travers de nos témoignages.

« Le management de transition, toujours plus en phase avec les nouveaux besoins des entreprises, pourrait bien exploser dans les années à venir. En 2030, il deviendra davantage encore un outil de flexibilité/d’ajustement des organisations (47 % des réponses), un outil plus répandu d’optimisation des performances (33 %) et restera l’une des principales solutions de gestion de l’urgence (14 %). »

Nous restons à votre disposition pour organiser des interviews avec Anne Cudkowicz et Gwenola Dubois-Dorkel, les associées de l’activité management de transition du groupe Arthur Hunt, afin qu’elles vous apportent des données précises et leur éclairage sur les notions mises en avant dans cette enquête.

* Etude réalisée en janvier-février 2017 auprès de 197 personnes (1/3 d’entreprises, 2/3 de managers de transition).

 

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]