Recrutement : une enquête de RégionsJob minimise le rôle des réseaux sociaux

Le site emploi a mené une enquête auprès de ses visiteurs afin de savoir si les réseaux sociaux étaient « utiles pour les recruteurs et les candidats ».

La recherche d’emploi se fait à l’heure actuelle à 97% sur les sites emploi, à 71% via les candidatures spontanées, à 66% par le Pôle Emploi, à 44% grâce au réseaux personnels, à 42% par l’intermédiaire des cabinets de recrutement et enfin à 36% sur les réseaux sociaux, juste avant la presse ! L’utilisation de l’ensemble des supports devrait progresser dans un futur proche, sauf pour la presse et le Pôle emploi. 97% des recruteurs connaissent aujourd’hui un réseau social.

Les réseaux sociaux font-ils peur aux sites emploi ? En tout cas ils se penchent ardemment sur la question. Le but est d’anticiper un développement des usages en matière de recrutement sur les réseaux sociaux dans les années qui viennent.

A l’heure actuelle, le bilan du site emploi RégionsJob peut en rassurer plus d’un : la recherche d’emploi se fait à 97% sur les sites emploi, à 71% via les candidatures spontanées, à 66% par le Pôle Emploi, à 44% grâce aux réseaux personnels, à 42% par l’intermédiaire des cabinets de recrutement, et enfin, à 36% sur les réseaux sociaux, avant la presse ! Les utilisateurs des réseaux sociaux utilisent davantage les candidatures spontanées, les cabinets de recrutement et le réseau personnel pour rechercher un emploi.

150 recruteurs et 2 208 candidats ont répondu aux questionnaires publiés sur les sites RégionsJob. Certes, la collecte des réponses a été réalisée sur un site emploi, mais quand même, les chiffres sont révélateurs de tendances. Ainsi, le profil type du candidat qui utilise les réseaux sociaux est un homme, âgé de 25 à 34 ans, en poste avec un niveau d’études de bac+5. Parmi les candidats qui utilisent les réseaux sociaux pour trouver un emploi, 78% pensent que ces derniers vont prendre de l’ampleur dans les prochaines années. Il faut dire que les réseaux sont aujourd’hui très connus : Facebook en tête avec un taux de notoriété de plus de 90% ! A noter que la plupart des internautes, 70%, savent aujourd’hui l’importance de verrouiller leur profil afin de ne pas exposer leurs données personnelles au grand public.

Dans le cadre d’une recherche d’emploi, Viadeo et LinkedIn sont jugés utiles par près de 30% de l’ensemble des répondants et par 52% des utilisateurs des réseaux sociaux. L’enquête souligne que la distinction entre les réseaux personnels et professionnels est définitivement acquise ; les personnes interrogées ont compris à 80% que l’objectif de Facebook n’était pas de trouver du travail.

Et les recruteurs alors ?

Les répondants sont rassurés : plus de 90% d’entre eux pensent que les informations en ligne les concernant ne les ont jamais empêchés d’obtenir du travail. Pour les personnes contactées via un réseau social à des fins professionnelles (ex : 56% sur Viadeo et 35% sur linkedIn), « 1 contact sur 3 a abouti à un entretien ». L’enquête montre que les recruteurs utilisent en moyenne 4,6 supports pour sourcer les candidats. Les principaux outils utilisés sont : les sites emploi (88%), les candidatures spontanées (80%), le Pôle emploi (61%), le site RH entreprise (61%), la cooptation (53%), les cabinets de recrutement à égalité avec les réseaux sociaux (47%), et la presse (23%). 97% des recruteurs connaissent aujourd’hui un réseau social et 60% des utilisateurs des réseaux sociaux se connectent au moins une fois par semaine. Chez les recruteurs, le profil type de l’utilisateur des réseaux sociaux est également un homme, âgé de 25 à 34 ans, mais qui travaille dans une entreprise de moins de 50 salariés et qui y occupe la fonction de dirigeant. L’enquête de RégionsJob montre que 34% des utilisateurs pensent que les réseaux sont importants ou très importants pour recruter les candidats. Selon les recruteurs, l’utilisation de tous les outils va se développer dans un futur proche, excepté la presse et le Pôle Emploi. Les réseaux sociaux devraient avoir la plus forte progression (+24,6%) mais l’enquête souligne qu’ils resteront des « vecteurs additionnels » !

Christel Lambolez

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]