Plus d’une entreprise sur deux mise sur la communication managériale

Une étude de l’Afci, l’ANDRH et Inergie, présentée aujourd’hui même, montre que la communication managériale a pris de l’ampleur en moins de deux ans.


Il faut resserrer les liens ? Ressouder les équipes ? L’étude de l’Association française de communication interne (Afci), l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) et Inergie, société indépendante de conseil en management, montre que les entreprises misent sur le développement des compétences managériales (57%) et sur l’optimisation des vecteurs de communication spécifiques aux managers (45%). À l’heure actuelle 20% des entreprises sont dotées d’une structure dédiée à la communication managériale et 33% ont intégré la fonction dans une mission élargie à l’amélioration des pratiques managériales. Et ce, depuis moins de 2 ans, pour plus de 40% d’entre elles.

Côté communication, on constate une généralisation des supports et vecteurs d’information dédiés spécifiquement à la communauté managériale pour 75% des entreprises répondantes : si les conventions ou séminaires managers sont ainsi devenus des rendez-vous habituels dans 95% des cas, on retrouve aussi souvent des supports écrits, tels que les newsletters ou les espaces managers sur intranet.

Côté RH, l’accent est mis sur la sensibilisation aux pratiques de communication destinée essentiellement au «top» et « middle » management : seules 37% des entreprises ont mis en place un processus de formation ou sensibilisation auprès de l’ensemble de la communauté managériale. Ces formations sont principalement orientées sur le développement des compétences relationnelles (communication interpersonnelle et face à un groupe) et restent réservées à un nombre limité de managers pour 25% des entreprises.

La formalisation des pratiques managériales au sein de « référentiels » tend à se généraliser (en place dans 45% des entreprises, en cours pour 21%) et intègre largement la dimension communication. Selon Luc Vidal, DGA d’Inergie « l’évaluation et le choix des indicateurs restent le talon d’Achille de la communication managériale ».


Peu d’objectifs sur la mission « communication »


La mission « communication » est encore peu abordée dans le cadre de l’entretien annuel (38%), car peu objectivée (22%). Un point à mettre en lien avec le manque d’indicateurs de suivi (mis en place par 21% seulement des entreprises), tant factuels (essentiellement le nombre de réunions) que de perception (niveau de compréhension ou d’adhésion à la stratégie, rôle du manager en tant que vecteur d’information, efficacité des réunions…), bien que ces derniers semblent plus appropriés.

Premier frein évoqué par les professionnels des RH et de la Com, la prépondérance des impératifs opérationnels imposés aux managers, avec l’enjeu de positionner la communication managériale comme levier d’efficacité dans l’atteinte de ces objectifs…

Un second frein réside dans le « risque à communiquer » ressenti par certains managers. Comme le souligne Guillaume Aper, président de l’Afci, « Pour un manager, communiquer comporte des risques techniques, mais aussi 
personnels et politiques, notamment lorsqu’il s’agit d’aborder la stratégie. C’est pourquoi cette mission doit être accompagnée par les fonctions Communication interne et Ressources Humaines qui peuvent apporter aux managers un conseil et une expertise indispensables pour bien l’exercer. Nous avons aussi, à l’Afci, identifié comme axe de progrès la mise en place de communautés de pratiques au sein desquelles les managers abordent leurs difficultés entre pairs et s’aident à progresser. »

« La difficulté pour les DRH et leurs équipes est qu’ils doivent également intégrer la question des contenus : quels messages envoyer, comment, à quels destinataires ? L’enquête permet aussi de montrer combien se poser ces questions est essentiel pour tenter d’atteindre les objectifs fixés », souligne Michel Yahiel, président de l’ANDRH.


Etude réalisée en ligne par Inergie du 20 octobre au 17 novembre 2010 sur un échantillon de 316 répondants professionnels des fonctions ressources humaine (62%) et communication (32%) – appartenant aux secteurs du Service (42 %), de Industrie (42%), Public (25%) ; dans ce panel 40% d’entreprises comptent plus de 2 000 salariés, 26% de 500 à 2 000, 33% de moins de 500.


Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]