Les grandes tendances 2010 du e-learning

Le crû 2010 confirme les tendances affirmées l’an passé. Le e-learning aurait-il atteint l’âge de raison en France ? La conférence, organisée le 9 novembre au CNIT La Défense, en vue du iLearning Forum Paris 2011, tend à le prouver. Avancée notoire : le blended learning séduit de plus en plus les salariés et les entreprises.


Le e-learning progresse en France, lentement mais sûrement. Effet de mode ? Vécu comme un outil supplémentaire d’apprentissage en France, il a mis du temps à s’imposer. A contrario, l’e-learning connaît un grand succès au sein des pays anglo-saxons qui s’en servent pour obtenir un résultat précis. Tout est une question de culture. Sally-Ann Moore, directrice du salon iLearning Forum et d’origine anglo-saxonne, explique : « Le marché français est moins fort mais il a montré son fort potentiel. La récession économique et l’adaptation du DIF au e-learning permettent à l’heure actuelle son essor car il est moins onéreux que le présentiel. L’enquête Féfaur de Michel Diaz montre que le marché représente 144 millions d’euros, contre 100 millions en 2008. » 44% des contenus se font sur mesure.


Un marché concentré


Le marché français est très concentré et 61% des achats de formation en e-learning se font en Ile-de-France. Les acheteurs sont à 83% des entreprises, à 8% l’Education nationale, à 5% des organismes de formation et à 4% des particuliers. « Le futur du e-learning sont les jeux sérieux qui pour l’instant représentent 3% du total », pense Sally-Ann Moore.


Nouvelles tendances


Vincent Belliveau, directeur général EMEA chez Cornerstone OnDemand, éditeur de plateformes intégrées de la formation et de la gestion des talents, confirme la tendance : « Nous avons 4,5 millions d’utilisateurs de nos solutions dans le monde et la France représente l’un de nos marchés les plus importants. Le marché français commence à croître. Nous constatons que les tendances de l’an dernier s’affirment : le e-learning a été adopté en France et le blended learning s’industrialise. Nous remarquons également une tendance au social networking, e-learning 2.0. »

Les entreprises ont tendance également à développer un portail collaborateur en self service, des interfaces plus personnalisées et intègrent des classes virtuelles. Il est de plus en plus souvent demandé à l’éditeur d’intégrer le LMS au cœur du SIRH. Les entreprises désirent un alignement des formations proposées avec ses parcours de carrière. « Il y a une réelle volonté de mariage entre les besoins des entreprises et les désirs des collaborateurs », témoigne Vincent Belliveau.


Alan Nobili, directeur général France chez Digital Publishing, apporte un éclairage supplémentaire sur le blended learning : « Le blended learning  est la mise en œuvre conjointe de formations e-learning et de formations traditionnelles. Pour la formation en langues, le parcours comprend un test d’évaluation en ligne, un cours en ligne individualisé, des classes virtuelles, des services de tutorat par email ou par téléphone, ou encore des podcasts. Le blended Learning sera bientôt au cœur de tous les dispositifs de formation pour les langues. » Les parcours sont plus individualisés et s’éloignent de l’approche purement scolaire. Selon plusieurs études l’approche pragmatique, ludique et efficace plaît également aux stagiaires. Aujourd’hui, chez Digital Publishing, 50% des formations en présentiel intègrent une part de formation à distance.


Christel Lambolez


iLearning Forum Paris 2011, l’événement n°1 en France dédié à l’usage des technologies au service l’apprentissage individuel et organisationnel annonce sa prochaine édition les 1er et 2 février 2011 au Palais des Congrès de Paris.

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]