Le ministère du travail mobilise les crédits du PIC pour venir en aide aux hôpitaux de la région Grand Est

La crise sans précédent du COVID-19 nécessite la mobilisation et la solidarité de tous. Pour accompagner efficacement les établissements de santé de la région Grand Est, la ministre du Travail, Muriel PENICAUD a décidé de mobiliser une enveloppe de 11 millions pour venir en aide aux élèves-infirmiers et élèves aides-soignants appelés en renfort auprès du personnel soignant.

 

Pour faire face à l’urgence sanitaire et répondre au besoin de personnels soignants dans les hôpitaux de la région Grand Est, 6 600 élèves-infirmiers et 1 600 élèves aides-soignants en formation sont d’ores-et-déjà mobilisés.

 

Les indemnités de stage versées aux élèves infirmiers sont comprises entre 112 € par mois et 200 € par mois. Les élèves aides-soignants ne perçoivent aucune indemnité. Cette enveloppe budgétaire va permettre de revaloriser très fortement les indemnités : 1400 € par mois pour les élèves-infirmiers et 1 000 € par mois pour les élèves aides-soignants.

 

L’Agence Régional de Santé (ARS) a organisé avec le Conseil Régional Grand Est et les directeurs d’instituts de formation en santé la répartition des élèves dans les structures de soins.

 

Après la région Ile-de-France, la région Grand Est est la deuxième région à bénéficier de cet engagement financier du Ministère du Travail, par le biais du Plan d’investissement dans les compétences.

 

Pour Muriel Pénicaud, ministre du Travail : « Pour faire face à cette urgence sanitaire, nous devons être pleinement mobilisés. En région Grand Est, profondément touchée par la crise du COVID-19, les élèves-infirmiers et élèves aides-soignants accompagnent au quotidien le personnel soignant. Pour les aider, j’ai décidé de mobiliser 11 millions d’euros des crédits du PIC pour permettre à cette région d’accompagner financièrement les apprenants appelés en renfort dans les établissements de santé ».

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]