Les Français et la communauté LGBTI au travail : entre acceptation, dissimulation et déni

Indeed, premier moteur de recherche d’emploi au monde, a mené une étude auprès de 800 salariés français pour savoir comment l’intégration de personnes de la communauté LGBTI se déroulait dans le monde professionnel.

 

De cette étude, il ressort que les Français sont majoritairement « LGBTI-friendly » (plus des deux tiers des interrogés ne voient pas d’inconvénient à travailler avec des personnes LGBTI), mais ne souhaitent pas en savoir trop sur la vie privée de leurs collègues appartenant à cette communauté : 31% expliquent en effet ne pas vouloir qu’une personne de la communauté LGBTI parle de sa vie privée sur son lieu de travail. Et pour 4% des interrogés, il est préférable de ne pas connaître l’orientation sexuelle des dirigeants de leur entreprise/organisation.

 

Autre fait marquant : les entreprises françaises sont peu impliquées dans la sensibilisation à l’intégration de la communauté LGBTI, laissant ces sujets à la sphère privée. 55% des répondants ont déclaré que leur entreprise ne mettait en place aucune initiative en rapport avec ce sujet.

 

« Le développement et l’épanouissement de tous les talents sont au cœur de la stratégie d’Indeed. Notre objectif est de favoriser la mise en place d’un environnement de travail inclusif dans lequel l’authenticité et l’identité de chacun est acceptée. Construire une culture inclusive est un élément crucial pour la gestion d’une entreprise prospère, cela implique de créer un environnement durable où les employés se sentent bien et peuvent être eux-mêmes. » explique Paul Wolfe, Senor Vice-Président des Ressources Humaines chez Indeed.

 

Enfin, les discriminations et autres témoignages de rejet persistent dans les entreprises françaises : 16% des personnes sondées déclarent avoir déjà été témoins de moqueries au sein de leur entreprise à l’égard d’employés appartenant à la communauté LGBTI, et 8% ont observé des insultes et/ou l’utilisation d’un vocabulaire offensant.

 

« Un candidat perçu comme homosexuel a en moyenne deux fois moins de chance d’être convoqué à un entretien d’embauche qu’un candidat perçu comme hétérosexuel. Et il se voit proposer un salaire jusqu’à 10% inférieur. Le coût de cette discrimination n’est pas seulement économique. L’impossibilité pour les personnes LGBTI de se présenter au monde telles qu’elles sont génère chez elles une détresse psychologique profonde. Aux Etats-Unis par exemple, le taux de tentative de suicide parmi les personnes transgenres est neuf fois plus élevé qu’au sein de la population totale. Mais un environnement plus inclusif peut inverser cette tendance. La légalisation du mariage homosexuel contribue notamment à une convergence de bien-être entre populations LGBTI et les autres », conclut Marie-Anne Valfort, économiste à l’OCDE et auteure du rapport LGBTI in OECD Countries : A Review publié en 2017.

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]