Communiqué : Les DRH prudents sur les perspectives 2012

DRH prudents 150x150 Communiqué : Les DRH prudents sur les perspectives 2012Selon la 3ème édition du baromètre « Défis RH» ANDRH-Inergie. Si l’incidence du contexte économique sur l’activité de leur entreprise est moins forte qu’en 2011 et que le climat interne s’est un peu amélioré, les DRH envisagent 2012 avec prudence.

· Un contexte économique 2011/2012 moins tendu (-7 points) et un climat interne en amélioration (+4 points) depuis le précédent baromètre : les réorganisations, les gels des embauches et des salaires, ainsi que les conflits sociaux restent stables ; la proportion de DRH ayant eu à conduire des PSE a même baissé (de 16% à 5%).

· Des perspectives moroses qui incitent à la prudence : si les DRH restent confiants dans la santé économique de leur entreprise (74%), mais moins qu’en 2011, ils s’attendent plus à une dégradation du climat interne (35% contre 29¨en 2011).

· Dans le domaine de l’emploi tous les indicateurs sont à la baisse : plus de la moitié des DRH pensent qu’ils devront procéder à une réorganisation ; un tiers qu’ils devront geler les embauches (+4 points) ; 28% qu’ils feront appel à de l’intérim (-9 points) ; 27% qu’ils feront un plan de recrutement (- 4 points) ; 9% un PSE (+4 points) et 7% du chômage technique ; et ils plus nombreux à anticiper un conflit social (18%, +4 points).

· Les professionnels de la fonction RH restent focalisés sur leurs missions cardinales : dialogue social, GPEC, rémunérations et rétention des talents. Les autres chantiers sont dictés par les contraintes légales : pénibilité et égalité professionnelle en 2012 contre risques psychosociaux et emploi des seniors en 2011.

· Du point de vue réglementaire, les contraintes légales (obligations soumises à des pénalités financières) sont jugées plus acceptables et efficaces par les DRH et le dispositif de rupture conventionnelle est largement utilisé (pour 8 DRH sur 10), même s’il ne concerne que 10% des départs dans les 2/3 des entreprises.

· Les engagements contractuels en matière d’emploi des seniors ont porté leurs fruits : si la part des recrutements continue de progresser, les seniors sont surtout moins touchés par les réductions d’effectifs (-14 points) ; une minorité des DRH (14%) estimant qu’ils font encore l’objet de départs volontaires. Dans cette dynamique, plus d’une entreprise sur deux a mis en place des entretiens de mi carrière.

· Si une majorité d’entreprises aborde le sujet des risques psychosociaux sous l’angle préventif du bien-être au travail, il n’en demeure pas moins que c’est une réalité à la laquelle les DRH doivent faire face dans 1/4 d’entre elles, voire dans 1/3 des entreprises de plus de 1 000 salariés ; on note cependant une baisse notable de l’évaluation du risque potentiel dans cette catégorie au bénéfice d’une approche plus préventive. Sans surprise, plus de la moitié d’entre elles a mené des actions préventives, notamment pour celles qui estiment être touchées ou présenter un risque potentiel (73%) ; avec des indicateurs de mesure à la clé dans plus d’une entreprise sur trois, notamment lorsque il y a une réalité avérée ou un risque potentiel de RPS.

Les entreprises soumises à la contrainte légale ont avant tout focalisé leurs actions sur la sensibilisation des managers aux RPS et le soutien des collaborateurs en difficulté, et dans une moindre mesure sur les relations et l’organisation du travail : des stratégies de moyens qui diffèrent selon l’évaluation du risque…

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]