Great place to work

Entreprises déboussolées, en quête de sens

Redonner du sens au travail est devenue la solution magique pour « engager » à nouveau les collaborateurs. Les entreprises s’évertuent à chercher tout azimut comment faire.

Les entreprises françaises vont-elles retrouver leur sens ? Dans ce monde globalisé en perte de repères, flotte un sentiment d’égarement. Si les entreprises savent où elles vont, le manque de transparence sur leur stratégie à long terme a quelque peu désabusé des collaborateurs de plus en plus désengagés (même si toutes les études montrent que la plupart des salariés français aiment encore leur travail). «Les entreprises ont perdu le contrôle d’elles-mêmes», dixit le sociologue François Dupuy dans son ouvrage Lost in management, La vie quotidienne des entreprises du XXIe siècle, lauréat 2011 du Stylo d’or décerné par l’Association nationale des DRH. Rappelons que le mot «sens», du latin sensus, signifie la capacité de connaître, de juger. Plus que jamais les salariés ressentent le besoin de comprendre les entreprises pour lesquelles ils travaillent, et de ne plus subir leur vision court-termiste. Pour pallier ces carences, les organisations ont cru bon de peaufiner une communication parfaite sur la culture d’entreprise. Trois ou quatre valeurs sont ainsi dégagées pour la définir. Le souci est que les mêmes termes sont employés partout : transparence, responsabilité, équité, respect, etc. Cette communication, censée mettre en valeur l’ADN de l’entreprise, ne suffit pas à susciter l’engagement des troupes. En effet, derrière les mots la réalité est bien souvent tout autre, et les meilleurs communications n’ont pas eu raison des envolées lyriques déstabilisatrices répandues sur le net. Infidèles, les salariés ne se gênent plus aujourd’hui pour critiquer ouvertement les défaillances des structures sur les forums et les réseaux sociaux. Les discours abstraits et convenus des dirigeants n’ont pas supporté le choc de la prolifération d’informations contrastées de la part de collaborateurs en mal de reconnaissance. Les propos marketés n’ont fait que multiplier les frustrations. Mince alors !

Continuer la lecture

Ces marques employeur qui font rêver

Les classements sur les entreprises où il fait bon travailler se multiplient. Pas toujours facile pour les DRH et pour les candidats de s’y retrouver. Petit tour d’horizon.

Tous les ans, les DRH attendent le verdict. Ont-ils bien communiqué ? Peuvent-ils se targuer d’avoir une entreprise attractive ? Aujourd’hui plusieurs classements leur permettent de sonder leurs actions : Potential park qui évalue les sites carrière, Great place to work sur étude de dossiers, les baromètres étudiants Trendence et Universum, les Randstad awards qui couvrent un large public, et le Top employeurs qui est en fait une certification. Si certains classements sont issus d’enquêtes en ligne sur une population cible, d’autres sont élaborés à partir de questionnaires envoyés aux entreprises.

Continuer la lecture