Communiqué : Lancement du 1er Observatoire sur la Santé du Dirigeant

Malakoff Médéric, leader de la protection sociale en France, le Centre des Jeunes Dirigeants, plus ancienne instance patronale de France, et l’Observatoire Amarok, premier observatoire de la santé des dirigeants de PME, lancent une expérimentation inédite sur l’état de santé des dirigeants en France, dans le cadre d’un partenariat sur 3 ans.

Depuis 3 ans, le groupe Malakoff Médéric des études visant à mieux cerner les enjeux et les motivations des différents acteurs (salariés, DRH et chefs d’entreprise), notamment au travers d’une grande enquête annuelle sur les déterminants de la santé des salariés en entreprise, et de l’outil de diagnostic Mesure Management Santé. A travers ce partenariat, Malakoff Médéric réaffirme son ambitieuse stratégie de prévention. En effet, en participant à cette étude qui s’engage sur 3 ans, Malakoff Médéric participe à développer une meilleure connaissance de l’un des acteurs clé de l’entreprise, son dirigeant.

Le CJD, depuis plusieurs années déjà, s’intéresse au stress au travail. Pour Michel Meunier, président du CJD : « Faire de la lutte contre le stress une source de performance et de différenciation, c’est le pari que le CJD relève dès maintenant en prenant totalement en compte ce phénomène dans le cadre de la performance globale que le mouvement défend. Lutter contre le stress, développer la motivation, donner du sens, remobiliser les collaborateurs autour d’un vrai projet d’entreprise, autant de challenges pour que les entreprises retrouvent du sens et de la crédibilité dans l’opinion publique, l’entreprise étant l’un des derniers lieux de partage, d’évolution humaine et culturelle. »

Souhaitant agir de la manière la plus efficace possible, le CJD lance en octobre 2007 une commission nationale chargée de mener une réflexion sur ce thème afin de connaître le coût psychologique pour les individus, et pour les entreprises : désorganisation, baisse de la productivité, atteinte à l’image de l’entreprise, difficultés de recrutement ; mais aussi enjeu économique globale. En 2008, le CJD participe à la commission « Stress au travail » de Xavier Bertrand. En mai 2009, le CJD contribue à la rédaction de « La Charte des bonnes relations humaines dans l’entreprise » initiée par le Ministère du Travail.

Depuis 2009, le CJD a produit différents dossiers, rapports sur le bien-être en entreprise. Actuellement, près de 200 jeunes dirigeants expérimentent dans leurs entreprises les conditions pour favoriser le bien-être dans l’entreprise. Le CJD a publié en 2010 un rapport d’étape sur le bien-être en entreprise, fruit de l’ensemble de ces réflexions et expérimentations La réflexion qui va suivre est celle du bien être du dirigeant, nous nous apercevons en effet que prendre conscience de l’enjeu du bien être de ses salariés vient questionner en miroir le bien être des dirigeants et que cette réflexion, souvent occultée prend tout son sens dans l’observatoire Amarok. : http://www.jeunesdirigeants.fr/Portals/0/bien-etre_nov10.pdf

Une action pionnière sur la santé des dirigeants : l’expérimentation Amarok

Pas moins en France qu’ailleurs dans le monde, il existe très peu de connaissances spécifiques sur la santé des dirigeants d’entreprise. A l’exception des cadres dirigeants de grands groupes qui sont régis par la santé au travail en tant que salariés, les dirigeants indépendants n’entrent pas dans ce dispositif et sont souvent oubliés des statistiques nationales sur la santé au travail.

A cela s’ajoute l’idéologie du leadership qui interdit trop souvent aux dirigeants de s’épancher sur leur problème de santé. « Je n’ai pas le temps d’être malade » est une réflexion entendue des milliers de fois.

De ce fait, la question de la santé des dirigeants a rarement fait l’objet d’étude approfondie. Pourtant le capital-santé du dirigeant est le premier capital immatériel d’une PME/TPE. Cette vérité, souvent oubliée ou méconnue, est tous les jours vérifiable lorsqu’un dirigeant de PME/TPE souhaite emprunter de l’argent à la banque. La première chose qu’il remplit est… un questionnaire santé !

C’est cette lacune que cette expérimentation souhaite combler. En partenariat avec Malakoff Médéric et le Centre des Jeunes Dirigeants et conduite par l’observatoire Amarok et son président Olivier Torrès, l’expérimentation va s’étendre sur une durée de trois ans, période longue sans laquelle il est difficile de montrer quelque chose de valide sur le plan de la santé.

A cette fin, le CJD va solliciter une cohorte au sein des Jeunes Dirigeants (JD). Parmi eux, 200 volontaires seront sélectionnés de façon aléatoire. Ces JD seront sollicités chaque mois sur la base d’un entretien de 20 mn. Le processus établi respecte des conditions strictes de confidentialités. Chaque participant recevra régulièrement des retours sur le processus expérimental.

Les résultats que l’on va retirer de cette expérimentation dépassent la seule sphère scientifique. Le CJD et Malakoff Médéric sont heureux d’apporter conjointement leur soutien à l’Observatoire Amarok dans le cadre de cette étude innovante et pionnière.

Yann Charron, Directeur Général Opérations de Malakoff Médéric, précise : « cette étude sur l’état de santé des entrepreneurs, conduite avec deux partenaires de référence dans l’univers des PME, s’inscrit dans la stratégie de Malakoff Médéric de promouvoir la prévention santé et de faire de l’entreprise un territoire de santé active ».

Michel Meunier ajoute : « Je serais curieux de connaître les résultats de cette étude pour savoir si d’une part, l’entrepreneuriat était source de « mieux-être », d’autre part, s’il développait des pathologies typiques en fonction de son statut de dirigeant. S’il tel était le cas il faudrait alors adapter une sécurité sociale et des mutuelles en conséquence. Enfin, je me demande si nous découvririons qu’être dirigeant au CJD ce n’était pas tout simplement une forme de « thérapie du bonheur » par rapport à l’isolement dont souffre certains dirigeants-entrepreneurs ».

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]