Communiqué : Attention au boycott des « déçus » des pratiques de recrutement !

Les entreprises perdent des clients à cause de leurs mauvaises pratiques de recrutement. Un quart des 25/34 ans interrogés par SHL seraient prêts à boycotter une marque qui les a déçus lors d’une expérience de recrutement.

Dans une économie de plus en plus dépendante de la qualité de la relation clientèle, les entreprises apprennent à considérer les candidats aux campagnes de recrutement comme des consommateurs potentiels de leurs produits et leurs services. Pourtant la crise financière et la hausse du nombre de demandeurs d’emplois ont engendré une détérioration de la qualité du recrutement : les départements de ressources humaines des entreprises sont « assiégées » de demandes et ne parviennent plus à établir une réelle communication de qualité avec leurs candidats.

SHL, société internationale fournissant des outils et services dans le domaine de l´évaluation des comportements et des aptitudes ou capacités professionnelles, a commandité une enquête sur les méthodes de recrutement et leur impact sur l’image des entreprises. Cette dernière a été menée en Angleterre par Opinion Matters sur plus de 1600 adultes, dont 511 recruteurs au mois de mars 2010.

Parmi les résultats les plus marquants :

– Les services de recrutement, par manque de temps ou d’organisation, se montrent incapables d’accuser réception des candidatures (19%), de faire un retour auprès des candidats vus en entretien (17%) ou même de leur faire savoir si leur profil intéresse l’entreprise (15%).

– Ce manque de considération donne aux candidats une mauvaise image de l’entreprise ; ils sont ainsi enclins à la faire partager avec leur entourage via Internet et les réseaux sociaux. Parmi les 25-34 ans, 25% de ce groupe d’âge serait même prêt à modifier ses habitudes de consommation en « boycottant » la marque.

Toutefois, un tiers des personnes interrogées affirme avoir une image positive d’une entreprise, même après avoir été écarté des campagnes de recrutement, mais à condition que ces méthodes de recrutement aient été bien exécutées. Les rares entreprises parvenant à gérer au mieux leur recrutement ont ainsi tendance à établir autour de leur marque une communauté de « fans ».

Selon David Leigh, CEO du Groupe SHL : “Maintes entreprises ne savent tout simplement pas gérer l’augmentation actuelle du nombre de candidatures, suite à quoi des processus qui étaient la norme autrefois, sont à présent négligés, ce qui est déplorable. A son tour, ceci a un impact direct sur l’image de l’employeur et il en ressort que les candidats décrochent. Lorsque de jeunes candidats insatisfaits font appel à la concurrence pour le restant de leurs jours, il s’agit d’une très mauvaise opération pour l’entreprise.”

A propos de SHL :

SHL Group, leader mondial pour les solutions en matière d’évaluation professionnelle, assiste les organisations lors de la sélection, du management de la performance et leur politique de développement de leurs collaborateurs, à tous les niveaux et dans tous les secteurs.

http://www.shl.com/

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]