Percée du blended learning pour l’apprentissage des langues

 

 

 

DRH formation : le blended learning par Alan Nobili

Comment est apparu le blended learning ou formation mixte

 

 

 

3 questions à Alan Nobili, directeur général de Digital Publishing

Comment est apparu le blended learning ou formation mixte ?

En France, le e-learning a eu très tôt du succès pour l’apprentissage des langues. Les entreprises, qui avaient besoin de déployer des formations linguistiques à grande échelle ont fait appel aux nouvelles technologies pour former une grande partie des collaborateurs à des coûts maîtrisés. Mais très vite, elles se sont rendues compte que le tout e-learning était un échec.

Afin de renforcer les bénéfices de l’apprentissage, la plupart d’entre elles ont opté alors pour des formations mixtes, en e-learning et présentiel. Pendant longtemps, le e-learning a été alors utilisé comme un complément de cours traditionnel. Le blended learning vient renverser la tendance en positionnant l’apprentissage à distance comme l’axe de la formation.

Comment s’explique son succès ?

Il s’explique avant tout par son approche multimodale qui se prête particulièrement bien à l’apprentissage des langues, la maitrise des langues passant par la capacité à utiliser différentes compétences (orale, écrite, communicative) dans des contextes très variés. En diversifiant les modalités de formation, la formation blended learning permet de se préparer à toutes les situations de communication.

Le succès de la formule tient aussi à son coût très bas qui revient en moyenne à 20 euros de l’heure. À titre comparatif, les cours traditionnels, avec formateur, coûte 60 à 80 euros de l’heure et les cours par téléphone 50 à 60 euros de l’heure. Par ailleurs, la formule est efficace car elle permet un suivi individualisé de l’apprenant et une mise à jour régulière de ses compétences.

Comment s’opère l’acquisition des compétences ?

Les actions du formateur s’intègrent dorénavant dans le cours dispensé en ligne. Il faut avoir un maillage de professionnels répartis sur toute la France capables de renforcer les cours à distance. Nous travaillons avec les centres d’étude de langues des chambres de commerce. Nos contenus sont basés sur le CECR (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues), normes mondiales éditées dans le livre blanc du conseil de l’Europe, publié par le Conseil en 2001.

Le blended learning propose des formations adaptées à chaque individu. Nous offrons des parcours packagés qui englobent un test d’évaluation et un cours individualisé. Le tutorat peut se faire en classe virtuelle, par téléphone, mail ou en face-à-face. Chez nous, 90% des formations sont tutorées par e-mail et 1 formation sur 2 est suivie par téléphone. Le présentiel est utilisé pour 1 formation sur 4.

Dans quels pays le blended learning est-il le plus répandu ?

Le blended learning marche extrêmement bien en Allemagne et Italie. Les salariés y sont plus autonomes et assidus et moins timides qu’en France. En effet, on constate que les Français ont encore des difficultés à avoir confiance en leur capacité à communiquer. Les apprenants français ont pourtant de bonnes bases en grammaire et vocabulaire. Il faut les rassurer.

En France, le marché des langues représente 80 000 000 millions d’euros de CA en 2009 [Source étude Linguaid de 2010], et la part du blended-learning représente 20%. Le marché a doublé entre 2005 et 2010. La moitié des formations linguistiques intègrent aujourd’hui du e-learning.

Propos receuillis par Christel Lambolez

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]