Faut-il un catalogue de formations ?

Témoignage de Laurent Camus, directeur formation et développement des compétences MBDA au Congres Learning Talent & Development, le 6 décembre 2011, au Pré-Catelan, Paris.

 

« J’ai essayé de donner un élan nouveau à la formation en changeant complètement de stratégie. Certains pensent que la formation est un droit, une nécessité, une récompense… Or, la formation représente un investissement pour la société et pour ses employés. Elle doit être au service de l’entreprise et développer l’employabilité des collaborateurs. Chez nous, le catalogue des formations proposées n’est pas facilement accessible. L’objectif est que les salariés définissent et expriment leurs besoins, et ne piochent pas n’importe quel parcours. Nous avons une approche top down. Les actions de formation se décident au niveau du CEO puis chaque direction doit définir ses propres besoins stratégiques. Ensuite, nous rationnalisons l’ensemble des demandes concordantes et en cohérence avec la stratégie globale de l’entreprise. Nous pouvons ainsi dégager un budget global centralisé au département formation et développement des compétences.

Auparavant, les directions techniques disposaient de leurs propres budgets. En rationnalisant l’ensemble des besoins nous avons réduit de près de 30% les offres du catalogue et essayons d’avoir aujourd’hui des fournisseurs internationaux. »

 

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]