Les impacts de la transition numérique sur les métiers de la fonction publique territoriale

Dans un monde où l’information est devenue stratégique et où les technologies digitales et les services numériques sont au cœur de nombreux enjeux, les collectivités, leurs agents et le service public sont impactés par une transition numérique qui touche peu ou prou tous les secteurs d’activité.

C’est dans ce contexte que le CNFPT présente le premier volet de l’étude « Impacts de la transition numérique sur les métiers de la fonction publique territoriale », menée par son Observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale.

Organisée en deux volets, l’un rétrospectif et l’autre prospectif, cette étude observe les effets des évolutions numériques sur les organisations, les métiers et le quotidien professionnel des agents territoriaux.

Le premier volet de l’étude s’attache à décrire les impacts de la transition numérique, en observant les procédures, services et outils numériques déployés dans les collectivités sur les dix dernières années. Le volet prospectif sera engagé à la suite pour identifier les changements à venir à partir des enjeux actuels. Sa publication est prévue début 2019.

Les principaux enseignements du premier volet de l’étude sont les suivants :

• Une action publique plus efficiente : la mise en place d’outils numériques dans les collectivités a permis de développer la gamme de services destinée aux usagers-citoyens et aux partenaires. Cette transition se caractérise par des changements d’organisation sous l’effet, notamment, du partage de l’information et de la mutualisation des services chargés du traitement des données. À ce jour, les services « physiques » et traditionnels restent majoritaires au sein des organisations et poursuivent eux aussi leur modernisation.
• La transition numérique, entre moyen et finalité : alors que pour certaines collectivités, les outils numériques et l’e-administration ne représentent qu’une amélioration des services existants, d’autres placent les outils numériques au cœur de leur projet d’administration, comme un vecteur de modernisation et de performance des organisations.
• Entre évolution au fil de l’eau et rupture : des collectivités engagent de réelles transformations et anticipent les évolutions, quand d’autres semblent seulement les suivre au « fil de l’eau ». Rares encore sont les collectivités qui identifient l’acculturation numérique de l’ensemble de leurs agents comme un enjeu primordial de développement et comme un nécessaire investissement à moyen terme.
• Apparition de nouveaux métiers et évolution des fonctions : la transition numérique génère de nouveaux métiers dans les collectivités : animateur ou animatrice de communauté (community managers), directeur ou directrice des données (chief data officer), ou encore directeur ou directrice de la stratégie digitale (chief digital officer). L’impact semble encore limité sur les métiers « traditionnels » même si les fonctions de certains postes semblent d’ores et déjà vouées à évoluer et à se transformer fortement comme par exemple l’accueil, l’instruction de dossiers, la gestion des flux (courriers, factures, règlements…) avec le déploiement continu des applicatifs numériques et de progiciels. .
• Entre valorisation et appauvrissement des activités des agents : le quotidien professionnel des agents est diversement impacté par les services numériques. Alors que certains agents connaissent une valorisation notable de leurs activités avec davantage de responsabilités ou d’expertises, d’autres estiment que leurs activités professionnelles se sont appauvries avec la multiplication et la répétition des tâches de saisies et de routines informatiques.

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus, consultez l’étude « Les impacts de la transition numériques sur les métiers de la fonction publique territoriale » sur le portail internet, onglet « S’informer », rubrique « La médiathèque », sous-rubrique « Les études ».

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]