Le DRH « transformeur » – Conférence au Solutions Ressources Humaines #SSRH2019

CO-CONSTRUIRE LE METIER D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN.

Propos recueillis lors de la conférence « le DRH transformeur » de 25ème édition solutions RH regroupant les intervenants Christian BOTTIN (DRH Allianz Partners France), Jérome MASCRE (Directeur Développement des Talents et Pilote RH) et animée par Aline SCOUARNEC, professeur des universités, et Christel LAMBOLEZ, fondatrice et directrice de publication du média JOBSFERIC.

 

LE DRH FORMATEUR DE TALENT 

Pour assurer la pérennité de l’entreprise, Le directeur des ressources humaines accompagne les talents en les encourageant à se former aux exigences de leur métier de demain. Les référentiels de compétences et de données rh ne suffisent plus, mais nécessitent d’anticiper les nouveaux besoins en termes de formation en collaborant directement avec la direction opérationnelle de l’entreprise.

C’est en fixant ensembles les objectifs à long terme de l’entreprise, que la direction des ressources humaines et la direction opérationnelle peuvent répondre efficacement en termes d’action et de formation aux évolutions du métier à venir. Comme le souligne Jérôme MASCRE par sa programmation du « plan Horizon 2025 », la prévision des changements sociétaux et des nouvelles façons de faire permettent d’anticiper les besoins de l’entreprise en termes de formation et de réaliser ses objectifs à long terme. De la même manière, anticiper les tendances permet de repenser la façon de faire du métier.

A travers la contribution du Groupe Allianz Partners France, Christian BOTTIN parle de son expérience avec le Groupe BMW. Pour anticiper les attentes des consommateurs, le Groupe a repensé la formation de ses collaborateurs afin qu’ils soient en mesure d’offrir une assistance directe à leurs clientslors du processus de dépannage. Ceci pour répondre à un impératif : offrir aux collaborateurs les outils pour répondre aux attentes de leurs clients.

 

REMETTRE L’HOMME AU CENTRE

L’exemple de BMW souligne le lien entre les collaborateurs et les consommateurs. Pour répondre à leurs nouvelles attentes en termes de service, les collaborateurs doivent bénéficier de formations leurs permettant d’anticiper les nouveaux besoins sur le long terme.

Pour gagner en compétence, Jérôme MASCRE insiste sur la nécessité de placer le collaborateur au centre de son processus de formation. Par l’intermédiaire de la co-construction, tant les collaborateurs que le directeur des ressources humaines deviennent acteur. En faisant le point sur leurs compétences et sur les besoins de l’entreprise, ils se forment et abolissent ensembles leurs barrières sociétales telles que la peur de faire différemment leur métier.

 

APPRENDRE A PENSER RH 

Amoindrir les barrières du changement est une étape essentielle pour des métiers et plus largement pour une société en constante évolution. Parce que les anciennes façons de faire peuvent ne plus être adaptées aux besoins de l’entreprise, il faut inculquer au collaborateur la « façon de penser rh » qui le poussera à se remettre en question et à chercher à gagner en compétence.

Dans cette optique de progression, le DRH devient le coach de l’entreprise chargé de motiver son personnel et de l’accompagner durant toute l’étape de remise en question. Cet accompagnement peut être fait dès l’université via les contrats d’apprentissage afin d’offrir aux étudiants, donc aux nouvelles générations de l’entreprise une vision des attentes de leur futur métier. Sensibilisés aux prérequis du milieu dans lequel ils se projettent, ils deviendront à même de se réévaluer d’eux même et à chercher à gagner en compétence pour leur propre bénéfice.

Parce que la réévaluation n’est pas innée, les entreprises doivent entretenir cet état d’esprit dans leurs structures. Grâce a leur politique d’inclusion, elles sont a même de rassembler une équipe multiculturelle et intergénérationnelle capable de se remettre en question car confrontée à diverses façons de faire. Ce qu’il y a à y gagner ? Des collaborateurs plus ouverts et sensibilisés au changement, pour le bien être de leur entreprise mais également pour leur bien être personnel. Cet investissement et ce plaisir individuel est essentiel car il permet de limiter les démissions due à une mauvaise intégration et forge l’identité d’entreprise, vectrice de collaboration et d’efficacité pour l’avenir.

Cynthia Guerrero

Laisser un commentaire

[ad code=4 align=center]